Les options - définitions, exemples et applications

Bien qu’existant depuis plusieurs siècles, les options ont eu un réel impact sur les marchés financiers à partir du milieu des années 1970. De tous les instruments financiers apparus depuis cette période, l’option est vraisemblablement celui qui a entraîné le plus grand bouleversement dans la gestion des risques. Elle y a apporté une double innovation par l’introduction de la flexibilité dans la couverture d’une part, et par l’introduction de dimensions nouvelles dans la gestion de positions, à savoir le temps et la volatilité.

Un peu d'histoire …

Bien que pour bon nombre de personnes le mot “option” soit synonyme de spéculation, celles-ci ont, à l’origine, été conçues pour permettre la gestion des fluctuations de prix sur les marchés agricoles. Le premier usage documenté d'options provient des Pays-Bas et remonte à l'année 1634.

Les tulipes étaient alors un symbole de richesse parmi l'aristocratie du pays, et leur vente à terme était pratique courante. Etant donné l'incertitude de l'évolution du prix, la vente à terme représentait un risque pour les négociants. Ils ne connaissaient pas le prix auquel ils iront pouvoir s'approvisionner, puisque celui-ci dépendait de la production.
Pour limiter ce risque et ainsi pouvoir s'assurer une marge de bénéfice, de nombreux négociants achetaient des options aux producteurs, fixant ainsi un prix maximum d'achat.

Si les prix sur le marché étaient supérieurs au prix fixé dans l'option, ils exerçaient l'option, si les prix restaient en-dessous du prix d'exercice de l'option, ils achetaient au prix de marché et laissaient expirer l'option. Dans les deux cas, ils étaient sûrs de réaliser une marge de bénéfice qui était au minimum le prix de vente convenu avec le client final moins la somme du prix d'exercice et de la prime d'option.
Ces options permettaient à cette époque à bon nombre de négociants de garder leur négoce lorsque les prix des tulipes devenaient extrêmement volatils.

Définitions et terminologie

Définition d'une option

En finance, une option est un produit, qui donne à son acheteur le droit, mais pas l'obligation, d'acquérir ou de vendre un actif sous-jacent à un prix fixé à l'avance, et ce selon le type d'option, soit pendant un temps donné (option américaine), soit à une date fixée (option européenne). Les appellations américaine ou européenne n’ont d’ailleurs aucun rapport avec le lieu de cotation, on trouve les deux types aussi bien en Europe qu’aux Etats-Unis. Cette dichotomie est cependant vraie uniquement pour les options de première génération, il existe également des options dites exotiques qui obéissent à des règles plus complexes.

Les types d'options

Il existe deux types d'options : l'option d'achat (call) et l'option de vente (put). Le call représente le droit d'acheter le sous-jacent aux conditions stipulés dans le contrat d'option, tandis que le put procure le droit de vendre le sous-jacent.

Caractéristiques d'une option

Les caractéristiques principales d'une option standard, qu’on appelle option vanille dans le jargon des marchés financiers, sont résumées ci-dessous:

Le sous-jacent

Le sous-jacent est le produit financier sur lequel porte le contrat d'option, et qui pourra, en fonction du type d'option, être acheté ou vendu aux conditions fixées. Il peut s'agir de pratiquement n'importe quel actif financier, que ce soit une devise, un indice boursier, une action, un swap, une obligation ou autres.

Le prix d'exercice ou strike

C'est le prix auquel l'acheteur de l'option peut exercer l'option, c'est-à-dire acheter (call) ou vendre (put) le sous-jacent. Un call sur une action A avec un prix d’exercice de 50 euros donnera par exemple droit à son détenteur d’acheter la quantité stipulée d’actions A au prix de 50 euros chacune.

La date ou la période d'exercice

Selon qu'il s'agit d'une option de type américaine ou européenne, l'option pourra être exercée soit à échéance (option dite européenne) ou à n’importe quel moment avant l’échéance (option dite américaine).

La date d’expiration

L'échéance est la date d'expiration de l’option. Au-delà de cette date, et quel que soit le type d’option, l’option est expirée et sa valeur est nulle.

La prime

C'est le prix de l'option, c’est-à-dire la somme que l’acheteur de l’option doit verser au vendeur pour acquérir le droit matérialisé dans le contrat d’option.

Marchés

Les options peuvent être négociées au gré à gré entre deux contreparties, ou sous forme de contrats standardisés sur les marchés organisés.
Les options standardisées, négociés sur les marchés organisés, existent pour un nombre croissant mais tout de même restreint de sous-jacents, d’échéances, de quotités et de prix d’exercice. En contrepartie de cette contrainte, les marchés organisés procurent une garantie de bonne fin des opérations, et une position peut être facilement clôturée avant expiration puisque les marchés organisés fournissent une cotation permanente de ces contrats.
Les caractéristiques d’options de gré à gré étant par définitions libres, virtuellement n’importe quelle couverture peut être construite. L’investisseur jouit donc d’une liberté totale dans le choix du contrat. Il n’est cependant pas aussi aisé de liquider une position d’options OTC, faute de marché secondaire et des caractéristiques non-standard du contrat. Les marchés organisés d’options les plus importants sont le CME à Chicago, ainsi que l’Eurex à Francfort et le LIFFE de NYSE Euronext à Londres.

Utilisations

Couverture

Les options peuvent être utilisés pour couvrir une position (titres, devises etc.) contre une évolution des prix défavorable. En achetant des options de call, l’investisseur peut, moyennant le paiement de la prime d’option, protéger son portefeuille contre une baisse des prix, puisqu’il acquiert le droit de les revendre à un prix fixé. Si la baisse des prix redoutée se matérialise, l’option pourra être exercée et les titres vendus à un prix supérieur à celui du marché.
Les options de vente en revanche permettent par exemple de se prémunir contre une hausse des prix. Prenons l’exemple d’une entreprise qui attend un paiement important en devise étrangère, et qu’elle voudra ensuite convertir en devise locale. Avec une option de change, elle pourra se garantir contre une évolution défavorable du taux de change, tout en se gardant la possibilité de profiter d’un mouvement favorable de celui-ci.
Ce dernier point est d’ailleurs la principale différence entre une couverture avec des options et une couverture avec d’autres instruments de couverture, comme les swaps ou les contrats à terme (futures) : la couverture avec des options est plus chère à mettre en place, puisqu’elle implique le paiement de la prime d'option.

Spéculation

Les options se prêtent également pour de la spéculation. Ils permettent de parier sur l’évolution future du prix d’un sous-jacent et de réaliser d’importants gains financiers lorsque le pari s’avère réussi.
Dans le cas contraire, l’utilisation des options à des fins spéculatifs peut également entraîner des pertes importantes, allant jusqu’à la perte complète du capital investi, si le prix du sous-jacent n’évolue pas dans le la manière anticipée. Il existe un nombre important de stratégies impliquant des options, dont nous présentons une sélection dans l’article sur les stratégies d’options.

Arbitrage

Les arbitragistes représentent la troisième catégorie d’intervenants sur les marchés des options. Leur objectif est de dégager un profit en prenant simultanément des positions sur plusieurs types d’actifs différents, qui peuvent être plusieurs options, ou une combinaison d’options et de leurs sous-jacents.
Le but de l’arbitragiste est d’identifier et d’utiliser des incohérences temporaires entre les prix des différents instruments impliqués.

Pour aller plus loin sur ce sujet

Informations complémentaires